ANIMATION "SANTE PAR LE TOUCHER"

Initiation à l'atelier "Santé par le Toucher"

But de cette animation

Cette initiation a pour but d’enseigner au stagiaire l’utilisation du test musculaire, comme l’a démontré John Thie, pour rechercher les méridiens d’acupuncture « en vide » ou en « excès » d’énergie, suite à un choc physique, ou émotionnel d’une personne.

 

En effet, idéalement, le niveau d’énergie est  identique dans chaque méridien d’acupuncture.

Or, un choc, un blocage, un stress quelconque va entraîner un déséquilibre de l’un, voire de plusieurs de ces méridiens, puisque l’énergie  privilégiera un méridien au détriment d’un autre. Il  s’agit du système des vases communiquant, puisque si un méridien est en excès d’énergie, un autre est donc forcément en vide.

 

Le but de cet atelier est d’apprendre à cibler les méridiens d’acupuncture en désordre énergétique et de rétablir l’harmonie sur l’ensemble des méridiens.

Pour se faire, chaque méridien est en relation avec certains muscles et des points reflexes vasculaires et lymphatiques.

 

Le but est donc d’enseigner les muscles principaux en rapport avec les méridiens d’acupuncture et de savoir comment les tester pour vérifier leur état.

Les points réflexes de correction de chacun d’entre eux sont également enseignés (points neuro-vasculaires et points neuro-lymphatiques), ainsi que la façon de les utiliser en cas de dysharmonie. En restaurant la force musculaire, chaque aspect de cet ensemble est ainsi restauré. La disparition  de ces symptômes résulte donc de cette reconduction énergétique globale.

 

Résultats souhaités

Au cours des années 70, John Thie (ayant découvert cette relation entre les méridiens d’acupuncture, les muscles et les points réflexes) a souhaité enseigner  cette méthode aux femmes résidant en Angleterre, par l’intermédiaire d’un livre intitulé : « Touch for Health » (« Santé par le Toucher »).

Il espérait ainsi enseigner à chaque mère au foyer la pratique du rééquilibre énergétique sur sa famille après une journée éprouvante et chargée en émotions, ou pour pouvoir intervenir en cas de choc émotionnel. Ceci dans le but d’éviter un déséquilibre trop important qui pourrait à long terme et sans prise en charge, entraîner un état de mal-être important, pouvant s’aggraver, voire entraîner une maladie.

                Par cette méthode, il souhaitait également permettre aux bénéficiaires réguliers de pouvoir vivre plus sereinement, et en meilleur équilibre énergétique.

Pour les enfants, il désirait par des gestes simples, leur permettre de réaliser un meilleur parcours scolaire, de pouvoir vivre plus calmement, d’apprendre à gérer au mieux leurs émotions au quotidien, afin de les aider à se construire et entrer progressivement sans trop de stress et avec moins d’appréhension dans la vie adulte et active.

 

Comme pour le REIKI, cette méthode ne requiert d’aucune aptitude, ou don particulier.

 

Comment s’inscrire à cet atelier ?

Les personnes intéressées pour participer à cet atelier, peuvent prendre contact en sachant que trois jours sont nécessaires pour apprendre cette pratique (cf. rubrique « contact »). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, atelier, 

santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher, santé par le toucher,