L'HIVER

CONSERVER SON EQUILIBRE ENERGETIQUE EN HIVER

EQUILIBRE ENERGETIQUE ET HIVER

 

L’hiver correspond pour la nature à une période d’attente, de calme et de repos, mais pas d’inactivité. Les nuits sont plus longues que les jours. Les arbres ont perdus leurs feuilles. Ils sont nus. La sève a reflué. L’eau de l’hiver est une eau qui s’infiltre. Le froid descend sur la terre et l’envahit. C’est la période de la neige, du givre, de la glace, de la pluie glaciale. L’eau, par le gel se fige sur place. Nous disons souvent que nous avons froid jusqu’aux os. L’hiver de la vie représente un âge avancé, précédant la mort. Il s’agit en fait de la fin d’un cycle précédant un nouveau  cycle. En hiver, la vie continue pourtant  sous une forme plus invisible… C’est l’énergie de la graine au repos en terre avant la germination et l’éclosion du renouveau.

En ce qui nous concerne, nous nous réveillons avant le lever du soleil et rentrons du travail bien après son coucher. Pour bien faire, nous devrions avoir la possibilité de prendre, nous aussi, notre pause hivernale tout comme les animaux qui hibernent. En effet, l’hiver devrait correspondre à la saison de repos et de la méditation. Il nous incite à nous relaxer et à lâcher-prise. A défaut de pouvoir hiberner, tentons de ralentir le rythme chaque fois que possible, en soirée, le week-end, …

Dans notre corps, l’énergie gère tout ce qui est lié à l’eau à travers le Rein et la Vessie.

 

 

L’hiver correspond donc à une période où il faut entretenir ou réparer cette énergie. Nous devons l’économiser. Dans les anciennes traditions, la cuisine à la vapeur était conseillée  (Yin). Ainsi, les aliments libéraient pleinement leurs saveurs et assouplissaient leurs textures.

Il est conseillé par nos ancêtres d’éviter de consommer, ou de limiter ce qui est trop fort, trop parfumé, trop riche et de privilégier tout ce qui est subtil, fin et délicat. Ce qui n’empêche nullement, au contraire, de choisir des aliments régénérant et toniques.

 

Le Rein se fatigue des désirs incontrôlés et désordonnés de l’Estomac (les repas de fin d’année sont souvent trop riches et nous remarquons toujours qu’après les fêtes des épidémies de grippe ou de gastro-entérites sont présentes). Les émonctoires ont été trop surchargés et ont affaibli le système immunitaire, nous rendant plus vulnérables aux virus.

Ainsi, l’alimentation de l’hiver doit permettre de stimuler le Rein.

La saveur dominante de l’énergie du Rein est le salé dont le rein a besoin en hiver, mais tout en restant raisonnable sur ses quantités. Il ne faut tout de même pas en consommer trop.

 

 

 

UN HIVER PLUS EN FORME

L’ENERGIE DU REIN

Le Rein est aussi responsable de la solidité des os. Il gère le cartilage, les ligaments, des capsules articulaires et la synovie. Mais il gère également les cheveux qui sont en relation avec l’énergie de l’élément « EAU ». Elle régénère la moelle et l’énergie de la sexualité, puisqu’elle puise dans nos réserves d’énergie profondes. Elle joue un rôle important dans le contrôle des liquides du corps… L’énergie vitale correspond à la force vitale et à la créativité. Elle est souvent dite « primordiale » par la Médecine Traditionnelle Chinoise, dans le sens où elle porte en elle l’énergie de nos ancêtres, elle gouverne la naissance, la croissance et la reproduction. Si elle est en équilibre, elle nous apporte de la volonté, de l’ambition, de l’instinct de conservation.

En cas de déséquilibre, le vide de l’énergie du Rein se manifeste par de la faiblesse physique, psychique ou sexuelle. Des problèmes rénaux, des désordres gynécologiques chez les femmes, des déséquilibres hormonaux, des calculs rénaux, des cystites chroniques, ou des néphrites peuvent apparaître.

Mais, comme la relation  entre le Rein et le Poumon est étroite, cette diminution d’énergie peut aussi se traduire par de la toux, un essoufflement, de l’asthme, une angine, ….

Des problèmes d’audition ou encore une fragilité osseuse peuvent apparaître. Cela correspond à l’univers de la morbidité. La personne dont l’énergie est en déséquilibre éprouve des peurs, peurs du mouvement, de la vie, le désespoir. Sa dysharmonie perturbe notre clan de vie tout entier, réduit notre capacité à prendre des risques, à persévérer.

 

L’ENERGIE DE LA VESSIE

Elle correspond au territoire et à sa direction interne.

Ce méridien est le plus long de tous et traverse le corps. A ce titre, il gère la notion de « territoire » : Tous les autres méridiens ont un point de croisement avec ce méridien.

La Médecine Traditionnelle Chinoise dit que « Le territoire est sollicité en permanence pour la survie de l’individu ».

Une énergie Vessie en équilibre nous permet d’éprouver le sentiment d’appartenance (lieu de vie, famille, métier …) et de stabilité.

Un bon équilibre permet de développer ce que l’on appelle la direction interne : le fait d’être son propre guide, de pouvoir prendre sa vie en charge.

En physiologie, l’énergie Vessie commande à l’expulsion de l’eau du corps par son action directe sur l’organe Vessie, sur les sphincters, et l’urètre.

Si cette énergie est en déséquilibre, un sentiment d’être contrôlé par les autres est souvent présent, ou au contraire, un refus des règles, des structures, des autorités de manière réactionnelle. L’estime de soi est souvent affaiblie, ainsi qu’un manque de confiance. L’effacement, l’auto dévalorisation permanente et la mollesse pourront aussi apparaître.

Sur le plan physiologique, les problèmes urinaires ou de vessie sont majeurs. Des désordres cinesthésiques peuvent également être présents (sensation du mouvement erronée, ainsi que la position du corps dans l’espace).

QUELQUES CONSEILS

Voici tout d'abord quelques conseils alimentaires bénéfiques durant la période hivernale :

Les aliments les plus adaptés sont :

Les légumineuses car elles nourrissent en profondeur : lentilles, haricots secs, fèves, pois secs, pois chiches, soja…

Le sarrasin, sésame, seigle et l’avoine sont des céréales réchauffantes.

 

En ce qui concerne les viandes, les chinois recommandent le canard, le porc, le sanglier, l’agneau.

Les poissons sont aussi importants à consommer en cette saison, ainsi que les crustacés qui nourrissent le Yin en profondeur.

Les algues et légumes racines sont conseillés : carottes, navets, céleris, topinambours, panais, pommes de terre, rutabagas, choux-raves, betteraves rouges.

 

Parmi les fruits, les châtaignes, noix et pignons de pin sont adaptés.

Enfin, les condiments tels que la cannelle, la cardamome, le curry, le paprika, les épices pour le pain d’épice, le poivre, le gingembre, le piment, la sauce soja sont recommandés.

 

Pour les bienfaits de notre corps :

Le calme, le repos et la sérénité sont à l’ordre du jour. Savoir s’arrêter, écouter pour économiser, voire réparer son énergie vitale et  conserver son énergie ancestrale.

 

La région lombaire est à protéger, car elle est très vulnérable. Les oreilles et les pieds sont également fragiles en cette saison.

 

Les petits conseils de la saison :

Des séances d’auto massages peuvent être bénéfiques pour réchauffer la région lombaire, ainsi que des percussions (avec les poings fermés).


La zone sous le nombril peut être réchauffée : Une fois que la chaleur est perçue, il est conseillé de la diffuser par des vibrations en profondeur.

 

Une autre possibilité est de masser par des mouvements rotatifs le méridien du Rein avec la paume de la main du point 1 du Rein au point 10 du Rein de bas en haut, puis d’effectuer des percussions afin d’activer la circulation du sang.

 

Une stimulation un peu plus longue du point numéro 3 du Rein situé sur le méridien du Rein (dans la dépression située entre le sommet de la malléole interne et le tendon d’Achille).

 

Nous pouvons également stimuler le point 25 VB (Vésicule Biliaire) situé juste sur l’avant de notre dernière côte flottante sur les flancs.